poésie

Parano du Sommeil

L’ennui réussit parfois
Et me fourgue un rythme de sa came
Sur la courbe désormais Richter
Où le soleil ne couche pas

Des armées revenues d’autres amnésies
Dosées sur mesure pourtant
Sur la platine amphétamine

Ma guerre au sommeil continue
Tire et compte un long et lent combat
Sur la cible une étreinte

Que la traque continue à produire
D’innombrables pustules
Partout sur la peau

 Comme si encore
J’avais l’age assez tendre
De traverser ce fil ténu

Comme s’il y avait depuis toujours
Un temps pour fuir la dispersion
À l’heure de frayeur grave

Que vivre ce bonheur liquide
Ne procure que
Quelques minutes à la fois

 Alors que d’une seconde à la suivante
Les inconscients collectifs
Maraudent aux abords de la mangeoire

De ce cerveau qui n’est plus le mien
Pendant la sieste.

guimond/ Montréal – 27 oct. 07

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s