écrire/littérature

DÉSARTICULÉ

Dans la clarté frénétique

Épuré par la solitude des exils

Quand se croisent nos chemins

Au bout du tien

J’apparais à corps et à travers

Les verres déréglés

Vomissent comme du vent

Parmi les choses sous tension

La terre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s