écrire/bloguer/inédit

Nègre Blanc Foncé d’Amérique

J’ai d’abord regardé La pièce

Puis visionné ses éclats

Désormais le cœur en laisse

Sans en faire tout un plat

Les fragments décousus

Des amitiés qui riment

En me traversant les rails

Toujours plus creux vers l’est

Je ramasse un bouton

De cette fichue veste

Qui un jour me réchauffera

À la place du mot cœur

Brillance, lumière
Contact éphémère
Liens et rapprochements
Source de détournement

Ce sont de superbes brèches
Dans le splendide tissu
Des affres du monde actuel
Et de la qualité du moment

Tractation exquise
N’ayant plus prise
Hors de la matrice
Désormais multiplicatrice

J’ai ensuite rejoué l’index

Pour y trouver ton regard

D’une absence de bleu

Sans fond invisible d’écran

Nègre blanc foncé d’Amérique

Je persiste et signe

Ne me suivez pas jusqu’au bout

Cela risque de flamber.

Réponse à un e-mail de Pierre Lobstein

Dimanche 9 mars, Montréal to Paris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s