littérature

Ébauche

Du haut de nos corps vertigineux

Se hisse la soif de la chair

Un stratagème d’escalier spirale

L’architecture des os dévore

La débâcle d’usure et d’érosion


Sous la tourmente

De sève nos veines débordent

Nos talismans se prosternent

Les goutelettes une à une coagulent

À la rencontre de la réalité


Sans l’ombre d’une hésitation

Sans ménager la substance

Lissant la surface convoitée

Le désordre de la terre s’immisce

Au tableau de l’insondable abysse

Extrait LES ALENTOURS, 1997

Écrits des Forges, Trois-Rivières

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s