littérature

La Pensée Prend Forme

Étale sur la grève d’un océan de draps

L’apparition chair d’encre git nue

À l’abri de l’insondable clapotis

Elle tance l’aventure du jour

Feinte abolition

Sa condensation irréfutable

Décante la liqueur de mes pensées

Ses cicatrices autrefois des ailes

Délestent leur chargement exceptionnel

Ses membres se soulagent

Du poids d’enclume de leur passé

Elle se recharge d’aurore naissant

D’un afflux de revirements.

Extrait LES ALENTOURS

1997, Écrits des Forges

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s