bloguer/slam

Slammes-tu?

CELA ME TUE

Je suis une hypothèse nue
Sur le point de poindre
Et dans ce cas
Je slamme parce que
Cela me tue de vivre
Ne dis rien trop tard
Je fonds comme on avance
Suspendu dans le silence
Sur l’écran de la vie


Une science inexacte
Nous sommes à découvert
Sous les tirs jurés d’élite
Basé sur un leurre bactériologique

De ceux qui prient par torsion
Pour que ceux qui pensent
Atteignent la lumière qui
Traverse le voile

Il n’est plus question
De hurler à la suprême folie
Car je me retiens
Pour ne pas éclatter
A la face du jour
Blanc comme un oubli


C’est sans le sous bourré
De multiples talents
Qui ne jazzent pas saôul
Des géométries savantes
À exprimer que
je me morfonds

Puis il y a ceux qui me parlent
De ceux qui savent
Que ce qu’ils pensent
Est une somme de nombres
Si inflammables que cela
Affecte ce que je lis aussi

Et trafficote dans la machine
À faire rimer pour rimer
Toujours avec un sceau
Rempli d’eau
À bout portant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s