poésie frontale/poésie québécoise

Si Longtemps

Si longtemps, j’ai joué à cela

Je me suis fait

Des à croire

Je me suis un jour rendu

À l’évidence

Que cela n’arrivait qu’aux autres


Puis cela a tracé

Son sillon dans mon crâne

Une nuit à la fois

Ensuite de jour

Puis la craque a grandi

Et un germe

En est sorti


Un genre de champignon

Plutôt magique

Mais pas physique

Une branche d’espoir

Comme un aller simple

Vers mon désir

Le plus secrètement enfoui

Celui auquel

J’allais bientôt renoncer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s