frontale/poésie/poésie québécoise

4h04 Erreurs du Jour

4h04 d’un nouveau jour
Mon corps tangue vers le plein éveil
Écouttant la lumière fine
De la course de l’Univers
Crépiter dans ses neurones

Ma réponse à ton tour
De baguette anachronique
Est que malgré les allergies
Que tu m’as induites
Je hurle merci
Aux épandages matinaux
Merci de m’avoir rendu malade
Pour comprendre que tu
Est Moi

Les muscles me jettent
Hors de moi vers la vie
Que je guette tel un faucon
Pour ne pas en perdre une sale miette

Par l’urgence imminente
De l’explosion d’un désir clef
Un déclic me hurle au guêt
De ne pas attendre
Ce que trop longtemps j’ai attendu

Au loin dans mon cœur
Je cherche la flamme dans le ravin
Qui brûle depuis longtemps
Et ne saurait s’éteindre cruciale
Avant le moment de t’étreindre

Elle seule sait du coup
Que je sais savoir
Que je ne connais
Hélas pas l’amour.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s