poésie frontale

Plus rare que radium

Un peu tout croche sans sa censure
Je ne combats plus la démesure
Dans le manque d’oxygène ouvragé
Condamné à vivre faute de permission
Sifflant un air de barreaux sciés
Comme le nez du ptit Jésus cassé
Lui apprendra à me crier dessus

Je vais me faire livreur de blues
Glisser ma voix jusque dans ta blouse
Ramper vers le sommet des ventes
Et sortir enfin de ma tente
Que je porterai comme une robe
En te caressant le creux du lobe
Avec des rimes pleines de microbes

Sans le moindre refrain en bille
Dans l’attirail de mon armement
Je me lancerai en piste ardent
Prêt à écorcher tous les risques
Pourtant dit-on c’est ça vas-y
Tu vois enfin mon Dan ça chie
C’est ça qu’est l’Amour pardi
Ce qu’est la vie d’un man

Que je me prendrais pour un artiste
En termes chiantifiques disons
Mon cœur sécherait comme un étron
Et beaucoup de petites mouches
Voleraient largement autour en rond
Brodant leur cantique du pire
Incapable de pleurer alors
Mieux vaudrait surtout en rire

Ensuite je me déguiserai en auteur
Puis en concepts sentencieux
Ma batterie braillera sans ardeur
La nuit de toutes ses braises
Proton libre comme un manque d’air
Attirant des neutrons las
Qui uppercut pour que soit
On les enterre ou on les casse

Depuis que les coups de fouets de clarté
S’acharneront sur mon âne
Sur le chemin du retour au bien mal fondé
Je rassemblerai mes Pharaons de chocolat
Revenant au Panthéon en pyjama
Pour les danse du serpent à sornettes
Sans ne serait-ce que sa petite culotte

Un peu plus brute que la césure
Dans la sphère qui carbure au radium
Il me manquera d’atmosphère
Le cœur deviendra un vaurien
Qui tirera la laisse d’un gros chien
Comme deux mensonges acculés
Se frottant une main dans l’autre

Je vais me faire chanteur de groove
Et ruiner ma voix dans la bouse
Enfreindre la loi du haut de la rampe
Sous les beaux gros spots ronds
Que je revêtirai tel un sale con
En caressant le bas de ta jupe
Avant de me moucher dedans

Sans un Dieu pour m’emprisonner
Dans ce pénitencier pas de clef
Juste l’harmonie des cuillères
Qui me prépareront un autre fixe
Sur le point de renier même mes frères

Pourtant dit-on c’est ça
Tu vois enfin mon Dan bien clair
C’est ça qu’est l’Amour putain!
Un animâle doit se tromper souvent
Avant de devenir humain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s