poésie frontale

Sous la peau

Bombe à retardement de chair
La souffrance pue le mensonge

L’amour sa seule condition
Va te torcher la messe

Presque en retard sur la haine
On remixe ta correction

Boucles de genoux ensanglantés
Cocktail aux échardes de vers

Coursant en feu de par les  rues
Médicamenté sous neutrons

Faudra que ta pression monte
Qu’une crue d’hallucinés dévaste

Qu’on saigne des ambulances
En y perdant son drapeau blanc

Faudra que tu pues avec ça que
Tu te rues dans les brancards

Afin d’atteindre la fission finale
Telle une tribue intégrale

Puisque le monde, l’univers est toi
Toute la réalité est toi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s