poésie frontale

L’éveil épuise

C’est mue d’une tranchante Lumière
Qu’on se sublime aux crimes amers

Pour émerger de l’état larvaire
Au front d’une révolte anonyme

Le combat constitue le salaire
Sur lequel tu as signé soldat

Beaucoup prieront à l’autel
De l’interrupteur à tout le malheur

Du poids du monde sur leurs épaules
Soutenant ces ailes de merde et de tôle

Demain s’annonce plus sanguinaire
Moment venu de nous la faire

Inversion de pôle et cris de joie
Vive la torture même la famine, ma foi

Baskets au chaud dans une maison
L’avenir termine son infestation

Une pied de l’autre bord du rubicond
On appelle survivre  la fin de la faim

Égaré du troupeau une corde au cou
La clef aux portes de la totale perte

Aujourd’hui on marie sa vie, je répète
Que l’on ne pourrait jamais tromper

Ici-bas l’existence larvaire continue
Pour une guéguerre imaginaire

Criant enfin à nous le bonheur
Merde au mensonge f@ck sa sister

Inverse les rôles chante à haute voix
Mille catastrophes traceront la voie

Respire à fond maintenant je kick
La chaise sous toi se la barre

Ton cou craque à fond comme un fouet claque
La bandaison l’emporte sur la pendaison

Quand le nœud resserre son intention
Autour de sa dernière invention

Tout étouffe sous la taille rassembleuse
Les paramédics appelés en renfort

Balancent leurs commentaires
Entre les cuisses des travailleuses du sexe.

 

danleMiel,
17 janvier 2012, Longueuil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s