poésie frontale

À même l’étincelle qui dure

Une fois la calotte sortie du radis
Au bout de deux poings que notre Adam
Cognera sec dans le sac de sable de la raison tant pis
Telle une mécanique grinçant le gré du vent
Condamné à la défaite consistant à continuer
Sur l’ultime bouchée qui se casse une dent
Un pied dans le vide du ghetto de l’ego
Et l’autre sur une plage pétante de clarté
À s’en demander ce qu’il comprendra
Ou si même à comprendre il y aura
Une fois labouré le quadrillé de plaisir
Saupoudré d’une droiture spéciale
D’une qui réussit à broyer les os avant la fin
Au joueur de mascarade même bien élevé
Mutuellement dans la luxure en carats
Et la plus solide décrépitude réaliste

Refrain:
À même l’étincelle qui dure
Dans la pénombre du créé
Viens vite prends moi la main
Ensembles sur le prochain degré
Les autres nous rejoindront demain

Au poteau du sacrifié d’avance
L’exposé au radium tout cru en soi
On dresse la liste de ce qu’il saisira
Cochant aussi les “définitivement pas”
Sinon comment mesurer la formule
Au sommet de sa houleuse bassesse
Carburant au présent circonflexe
Formant et déformant de la matière
D’un plateau l’autre en dent de scie
Jusqu’au jour ou le masque tombera
Avec l’effet d’une mine à retardement
Pile dans la cour d’école, heure de la récré
Dont les dommages seront ma foi: “illimités”
Au point qu’on ne se demandera plus “qui souffrira?”
Plus tard tout nu et sûrement estropié au pied du mur
Du mur du Don “de soi”, il va sans dire

Refrain:
À même l’étincelle qui dure
Dans la pénombre du créé
Viens vite prends moi la main
Ensembles sur le prochain degré
Les autres nous rejoindront demain

Ça régurgite au singe ses propres grimaces
Dans un habit de Lumière encore sur Off
À celui qui s’éveille ou celle selon: vieux, jeune
Ne m’appelle pas une ambulance bientôt
T’auras besoin de moi d’un fauve en tôle calme
Un qui sent le rassuré comme de la ouate
Intérieur qui flashe signé par le gars des vues
Armé d’une éternité à te consacrer d’avance
Dans la politique du coeur ouvert
L’amour est un pays jamais tout à fait conquit
Nous et les alentours sommes un ion
Poursuivis par le gros nuage couleur d’union
Prêts à muter au prochain carrefour
Qui bat des cils juste pour nous voir
Nous tenir la main dans une autre vie
On se demande s’il nous convaincra
Que cette alliance s’adresse à nous
Et que nos corps seront les derniers invités
Au mariage qui casse l’assiette du voile
Au-delà duquel ce monde nous appartient.

Refrain:
À même l’étincelle qui dure
Dans la pénombre du créé
Viens vite prends moi la main
Ensembles sur le prochain degré
Les autres nous rejoindront demain

Pour toi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s