création/poésie

Semblant de respirer seul

Elle se pansera en nous cette écorchure qui
Ne fera plus semblant de respirer seule
La déraison du tréfonds montera sublime
Nous y collerons les autres particules de la prière
Que gémit à chaque onde notre univers

Du soupirail en codes tarabiscotés
Le vitrail des trois piliers de la tour
Chargé des impuretés asymétriques
Précipitant ses anges sur l’échelle
En une armée bleue qui glisse à nous

Sous ton masque d’une perfection
À faire pâlir mes déchéances
En tête alors tu glisseras en jeux
Ta nuque tes lèvres ton front
Pratiqueront une ouverture plus haut

La matière telle qu’elle se présente
Souffrira à voix haute des éclaircies
Comme nos pires cauchemars
Affairés à seulement faire durer
L’éclat des mains qui ne servent plus

Qu’à éclairer les visages surpris
Jusqu’à ce que tout s’écroule
En dansant un vacarme de chair inouïe
Lorsque ta voix s’élèvera du sentier balisé
Pour exploser au-dessus de la raison

Afin de négocier la proximité nos présences
Pour l’espace d’un temps promis au chaos
Au niveau d’existence le plus dense: le verbe
Nous y embrasserons l’annihilation des idées
Car tout déraille vers la pure Lumière

Cela donne aux yeux la possibilité
De s’affranchir à l’opacité crue du but
Qui elle ne mâchera pas ses mots
Elle qui bricole de nouvelles connexions
À même le cosmos gelé entre la vie

Et la mort que l’on inventera juste pour voir
Si on peut se mériter une plus salée correction
Là son sourire deviendra un ruisseau
Qui de nos veines coulera un peu avant de figer

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s