écrire/poésie québécoise/spokenword

La vie après le corps

Après le corps tel que nous le percevons
C’est sans coup férir que la fracture
De quitter le monde en apparence
Paraîtra vu du dehors comme un massacre
Pour le tas de molécules visibles à l’oeil nu
Paradoxe certes du point de vue palpable

Des particules de l’illusion passant à la prochaine
Peau qui n’en est pas une mais l’infini de possibles
Il nous sera montré comment commander
L’écran sur lequel les étincelles dansent
Avant de cascader jusqu’ici bas de l’illusion
Pure et simple, de la parfaite semi-clarté

Au monde de la parfaite semi-vérité
Toujours est-il que connectés au réseau
De la pensée de l’avant qui dévisse pour unir
Pendant que le ciel commence à parler
Les langues de feu arrivent et un sacré boucan

S’ensuivra quand les principaux acteurs
Se positionneront sur la scène de l’onde nouvelle
Des univers que sous pression nous sommes
En train de concevoir sans le savoir
La preuve tangible que demander c’est recevoir

Toutes les solutions que nous imaginons
S’inscrivent dans le grand livre de la création
Et après le corps nous les deviendrons
Imaginez ressentir notre sang couler à travers
Ces buildings, ces civilisations, ces univers…

danleMiel, 17 déc. 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s