danleMiel/poésie québécoise/spokenword

Vers la fin des temps

Elle sert à quoi exactement
La mascarade, l’ivresse de vivre
Pour ce qui est de j’existe
Si je ne suis pas pour moi
Qui le sera et quand
Puisque je ne peux me sentir

Ni qui dirige les moulinets
Du bat qui toujours blesse
L’auréole au rasoir barbelé
Flottant au-dessus du mur circulaire
Brisé en bientôt 8 milliards d’unités
Autour un champ de cœur brisé

Tu devras haïr tes frères
Mépriser leur rire moqueur
Qui laisse un goût amère
Pour apprendre mon ange
À aimer ne serait-ce qu’un peu
De cet amour à la route défoncée

L’amour n’est pas ce que l’on pense
Un pont accroché à nulle part
Pour éviter les soucis au paysage
Sinon mourir avant de découvrir
Qu’on doit hair beaucoup
Avant que d’aimer un peu

Cela ne serait pas la vie
La vie sans son jeu
D’abord il y aura la crise
Le krach et le chaos
Tu renaîtras alors
À l’autre bout de toi-même
Comme proportionnellement inversé
Miraculé des cendres
Phoenix mûr et corrigé
Un diamant brute
Avec le cœur enfin à l’endroit

Dans un écrin de désert
Illusion de longs millénaires
Minérale guerre des nerfs
Sous ton écorce
Telle une vulgaire prisonnière
Divisant l’univers anesthésié
Tu te souviendras

En de tous petits quartiers
Bien plus cool est la solide vérité
Nous traversons toute l’histoire
Les civilisations les ères
Simultanément sans bouger
Au beau centre de son ‘univers’
Le mot le dit
Nous en avons chacun un
À quoi bon s’user les baskets
À l’intérieur du secret
De toute matière est imaginaire
Tout seul comme un grand
Chacun dans sa sphère

À mesure qu’elle acquiert
Son contenu de Lumière
Notre perception s’invente
La démesure d’un passé
Des parents une famille
Des relations de sang

Une ville en flammes
Le monde à sauver
Partout la guerre
La souffrance la maladie
Du déjà brûlé en enfer
Un puzzle en flammes

Qui se complexifie
Qui te kiss goodbye
Si tes neurones
Ne font pas feu
On m’attend dans le future
Dans ma prochaine vie

Baiser frontal
Accélération subite
Subtile picotement
Avant l’accident
Le connexion tiendra le coup
Aux tordus sur le fil

Duquel l’on pend
Par un beau jour
La réponse à ma prière
M’est enfin apparue
Perte de repères
Aux passions fortes

La lumière simple
Exécutant sa loi
Nos points en expansion
S’appropriant l’espace
Fini le temps
Tu grimpes l’échelle

À quatre mains
Avec les autres
Ultime survêtement
Cordon cosmique
Fil de clarté
En terre de profonde obscurité

La poussière va lever
Elle nous relie à tout
Ce qui existe et tous
Ceux qui respirent
Sont invisiblement
Connectés ensemble

Tels les organes
Et les membres
De ce nouveau corps
Qui nous appartiendra
Jusqu’à ce que
Vers d’autres carrefours

Elle ne reparte
La lumière entre nous
Quand elle se révèlera
C’est la nature qui
Nous balancera une caresse
À la force d’un tsunami

Qui soudera les illusions
Aux barils de vérité
En une unique réalité
Une toute inclusive
Qui nous avalera
Pour nous recracher
Du bon bord du miroir
Vers la fin des temps.

danleMiel, 2012

8 réflexions sur “Vers la fin des temps

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s